Archives de l’auteur : Viviane Boussier

« Protection de l’environnement et performance économique ne sont pas incompatibles »

En mai 2019 était promulgué le Plan d’Action pour la croissance et la transformation des entreprises ( Loi PACTE) avec l’objectif de faire grandir les entreprises pour créer plus d’emplois et redéfinir leur place dans la société en allégeant leurs contraintes et en affirmant leur rôle social et environnemental.

Un an après et dans la lignée de cette loi, Jean-Noël Barrot, député de la 2éme circonscription des Yvelines, vice-président de la Commission des finances et secrétaire général du Mouvement Démocrate incite à faire de « l’épargne un levier de la transition écologique et solidaire » :  » La clé de l’orientation de l’épargne citoyenne résidera dans la qualité des  normes et des labels  qui identifieront de manière claire et crédible les projets prioritaires« .

« Protection de l’environnement et performance économique ne sont pas incompatibles » affirme le député dans cette tribune  de la Revue du Trombinoscope affichée sur cette page.

Union européenne, la troisième étape

Dans une tribune publiée sur le journal La Croix, à l’occasion de la fête de l’Europe, samedi 9 mai, les députés européens Renaissance  (groupe Renew Europe) appellent les Etats européens à faire de nouveaux pas pour affirmer l’Union comme acteur puissant de la scène internationale.

Vous trouverez cette tribune en cliquant sur ce lien ICI

C’est seulement ensemble que nous pourrons surmonter la crise du Covid-19*

La journée de l’Europe est célébrée tous les ans le 9 mai depuis 1985. Avec le drapeau, la monnaie et la devise, elle est un des symboles  de l’Union européenne.

Qui aurait dit que le 70éme anniversaire de la  Déclaration Schuman et le 25 éme anniversaire de l’adhésion de l’Autriche, de la Finlande et de la Suède à l’UE seraient célébrés par des Européens confinés ?

Mais l’Europe est dans l’ADN du Mouvement Démocrate, et, même différente, cette journée est synonyme de réflexion, de prise de recul sur les années passées (syndrome des anniversaires!), mais surtout de volonté d’avancer.

Nous savons que crise rime souvent avec repli nationaliste, mais cela n’a jamais été la ligne du MoDem et cela ne le sera pas ! Nous ne sommes pas naïfs : les problèmes sont là, ils le seront demain. Il ne suffira pas de crier « solidarité » pour que les états deviennent solidaires. La pandémie montre qu’individuellement, le mot « solidarité » est décliné partout : le dévouement de nos soignants, de tous ceux qui ont fait tourner notre pays et continuent à le faire en est une illustration vivante.

Mais une crise économique d’une autre ampleur nous attend; qui peut croire et faire croire qu’elle pourra être résolue par des Etats, individuellement. Seule la solidarité européenne sera une réponse.

Que n’a-t-on pas entendu au début de la pandémie sur l’absence de réaction de l’Europe !

Un peu d’histoire rafraîchit les mémoires ! Deux ans après sa Déclaration, Schuman préparait le lancement d’une Communauté européenne de la… santé qui aurait fait coopérer les chercheurs, créer des centres européens de santé, mettre en commun des ressources hospitalières …. Tout ce qui a manqué au début de l’épidémie du Covid 19 ! Mais l’échec de la Communauté Européenne de défense en 1954 a entraîné la fin de ce beau projet.

Depuis, la politique de santé relève de la souveraineté des états et l’Union ne dispose que de compétences limitées visant à appuyer et compléter, si possible, les actions des états : soutien aux citoyens bloqués à l’extérieur de nos frontières, fournitures d’équipements médicaux, investissements dans la recherche ….

Les défis économiques auxquels les européens se heurtent et se heurteront sont immenses : il faut sauver le tissu économique donc trouver les moyens financiers nécessaires. La banque Centrale européenne a injecté 870 milliards d’euros dans l’économie pour permettre aux états les plus endettés de continuer à emprunter sur les marchés financiers, a aidé les états à financer le chômage partiel (source Représentation de la Commission européenne en France) : des mesures dénoncées par la Cour institutionnelle allemande. Mais si on veut que l’Europe soutienne les européens, il faudra bien accepter de débattre sur les règles de la zone euro et renoncer à la règle de l’unanimité ! En tout cas, il faudra retrouver l’esprit de solidarité qui animait les pères fondateurs.

Dans sa déclaration du 9 mai 1950, Schuman disait: « la paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent« .

Ces mots sont brûlants d’actualité; oui, il nous faut davantage d’Europe pour relancer notre économie, pour nous protéger et, in fine, pour augmenter notre indépendance.

Même confinés, mais unis, fêtons l’Europe et notre communauté de destin en participant ensemble à un voyage musical qui rassemblera les Européens par delà les frontières. C’est la Journée des Européens solidaires ICI et ICI 

Christophe Haudrechy, Viviane Boussier, MoDem Europe 78

*Titre d’une tribune publiée par le Mouvement européen France

Photo, site Mouvement Démocrate